Archives de
Author: Jocelyn Courcelles

Sentier l’Expédition, le Cap 360 et le Mont-Gorille
(Étape 2)

Sentier l’Expédition, le Cap 360 et le Mont-Gorille
(Étape 2)

Résumé de la randonnée

Aujourd’hui, nous débutons notre saison de randonnées 2017. Nous avons décidé de continuer à parcourir le sentier l’Expédition, le Cap 360 et le Mont-Gorille que nous avions débuté en fin de saison l’année passée (2016). Voir l’article « Sentier l’Expédition, le Cap 360 et le Mont-Gorille (Étape 1) ». L’objectif est simple : compléter ce tronçon aujourd’hui. Le niveau de difficulté pour cette randonnée est assez élevé et la distance à parcourir n’est pas négligeable. Heureusement, la météo est de notre côté, soit une belle journée avec une température idéale.

Pour atteindre le stationnement du Mont-Gorille, prenez la sortie 140 (boulevard du Curé Labelle à ville Labelle) de la route 117. Tournez à droite sur la rue du Pont. Empruntez le chemin de la Gare et tournez sur la rue Allard. Continuez jusqu’au chemin du Lac-Caché. Poursuivez sur le chemin du Lac-Caché sur environ 11 Km. Le stationnement se situe à votre droite juste après le lac à la Perle.

Arrivés sur les lieux, nous avons droit à tout un comité d’accueil. En stationnant la voiture, une armée de mouches noires attaquent littéralement notre véhicule. Dire que dans quelques minutes nous allons affronter ces créatures ailées et sanguinaires. Que la guerre commence! Armés de DEET à 30%, nous passons à l’offensive afin de parcourir le sentier du Mont-Gorille. Ce n’est vraiment pas évident. Il y a tellement de mouches noires que nous avons par moments de la difficulté à respirer sans en avaler. Nous avons chacun un nuage de moustiques autour de nous. Durant la randonnée, nous nous appliquons 4 fois du DEET. C’est beaucoup plus que la posologie et, malgré tout, les moustiques nous piquent sans bon sang. (Jeux de mots!)

Le sentier national est bien balisé : une bande de couleur blanche qui superpose une bande de couleur rouge. Il faut porter une attention particulière pour ne pas les confondre  avec des balises de couleur blanche et orange qui sont présentes aussi. Il est facile de confondre la bande de couleur orange avec la rouge.

Cette section du sentier est un coup de coeur. Les paysages qui s’offrent à nous tout le long de la randonnée sont d’une grande beauté. Il y a plusieurs blocs erratiques qui ont été déposés par les glaciers lors de la fonte, il y a de cela disons quelques années! Nous côtoyons et traversons plusieurs ruisseaux. C’est d’ailleurs dans l’un de ces ruisseaux que je perds encore un stylo que j’utilisais pour le géocaching. Sur l’un des ruisseaux, nous pouvons apercevoir la hutte qui abrite une famille de castors. À deux endroits du sentier, la pente est tellement abrupte qu’il faut utiliser les cordages installés par les gestionnaires du sentier.

À cause des pluies abondantes que nous avons reçues ce printemps, le sentier est assez boueux, glissant et endommagé par endroits. Il faut faire attention lorsque nous nous déplaçons sur les bords des falaises pour ne pas perdre pied. Une belle récompense nous attend au sommet du mont Gorille. Il y a plusieurs points de vue remarquables sur le mont Tremblant, le lac Tremblant et les environs.

Après avoir partagé notre lunch en compagnie des mouches noires sur le mont Gorille, nous continuons vers notre point de jonction. Josée (Pijiw) ne se sent pas très bien. Elle a de la difficulté à avancer, sa respiration est haletante, son coeur ne bat pas régulièrement et ses forces l’abandonnent peu à peu. À environ 400 mètres du point de jonction, cela ne va plus. Josée n’a plus de force, son visage est gonflé par l’effort et de couleur rouge. Nous rebroussons le chemin. Le retour est difficile et je suis inquiet. Je regrette de ne pas m’être rendu compte de la dégradation de son état de santé plus tôt, mais l’heure n’est pas aux questionnements. Il faut sortir de la forêt au plus vite et en toute sécurité. Nous nous arrêtons fréquemment pour boire de l’eau et pour que Josée reprenne son souffle. En atteignant la voiture, je suis soulagé. Nous retournons à la maison sain et sauf. Josée prend quelques jours pour s’en remettre. En discutant de la situation avec Kim, notre fille ainée, pompière et première répondante en secourisme pour la ville de Boisbriand, elle me confirme que sa mère a probablement souffert d’un coup de chaleur.

Une réflexion s’impose suite aux événements de cette randonnée. « Faire des randonnées en montagne comme nous le faisons depuis le début de ce défi n’est pas toujours une partie de plaisir, déclare Josée. Je souffre en silence en parcourant les sentiers. » Je suis désolé d’apprendre cela. Pour moi aussi, ce n’est pas toujours une partie de plaisir. Affronter les éléments (la chaleur, le froid, le vent, la pluie, etc.), les insectes piqueurs, la soif, la faim, et les douleurs causées par une grande distance parcourue en montagne n’est pas toujours facile à supporter et à surmonter. Nous allons probablement prendre un petit temps d’arrêt pour examiner nos techniques de planification de nos randonnées, notre équipement, etc…

Je ne sais pas si le projet va s’arrêter ici ou bien sous quelle forme il évoluera. Est-ce que le voyage de Josée sur le sentier national au Québec se termine avec ce tronçon? Est-ce que je vais continuer seul à parcourir de longues distances sur le sentier national au Québec? Parcourir les montagnes et les forêts en solo n’est pas la façon la plus sécuritaire. Peut-être que mes enfants (Kim, Jessica et Dominik) vont m’accompagner de temps en temps. Si je décide de poursuivre le défi, je devrai m’habituer à l’idée de parcourir les tronçons en solo. À suivre…

Informations sur la randonnée

Date : 27 mai 2017

Météo : Ensoleillé avec passages nuageux, 22°C. 30% de probabilité d’averses en fin de journée.

Nombre de caches cherchées : 14

Nombre de caches trouvées : 13

Distance : 18.0 Kilomètres

Stationnement : Stationnement pour le Mont-Gorille situé sur le chemin du Lac-Caché.

Coordonnée GPS du stationnement : N 46°19.828′ W 074°40.308′

Lien vers la carte du sentier : Sentier l’Expédition, Cap 360 et le Mont-Gorille

Lien vers le profil du sentier : Profil du sentier l’Expédition, le Cap 360 et le Mont-Gorille (Étape 2)

Fichier gpx pour le GPS : Track_Sentier_Expedition_Cap_360_Mont_Gorille_Etape2.gpx

Parcours : Linéaire

Temps total pour la randonnée : 7 heures 55 minutes

Temps de déplacement : 5 heures 41 minutes

Temps d’arrêt : 2 heures 14 minutes

Liste des caches trouvées : GC1GFAD, GC1GHME, GC4H6A0, GC1GHK8, GC1GHMP, GC1GHKF, GC4H69K, GC1GHMA, GC4H68N, GC1GFA8, GC1GHKY, GC1GFA1, GC1GF9W

La cache absente : GC1GHM5

Tracé GPS de la randonnée sur le sentier l’Expédition, le Cap 360 et le Mont-Gorille.
Étape 2

Photos de la randonnée

Le début du sentier.
N 46°19.821′ W 074°40.312′
Ici même les orignaux utilisent nos sentiers pédestres.
N 46°19.663′ W 074°40.260′
Un marais tout près du sentier.
N 46°19.411′ W 074°40.319′
Ouf! Il y a tellement de mouches noires!
N 46°19.411′ W 074°40.319′
Une hutte à castors dans le marais.
N 46°19.290′ W 074°40.292′
Voici le porte cache de la cache « GC4H68N – Le petit singe de la FamilleGB. »
N 46°19.290′ W 074°40.292′
Nous sommes sur le bon sentier : en route vers le Mont-Gorille!
N 46°19.137′ W 074°40.250′
Un pont de fortune. Ici, les ingénieurs ne se sont pas trop cassé la tête.
N 46°19.101′ W 074°40.267′
Attention Pijiw! Ne perds pas pied.
N 46°19.101′ W 074°40.267′
Pijiw a réussi à traverser la rivière sans prendre son bain!
N 46°19.101′ W 074°40.267′
Et Pijiw réplique : Allez Mahingan, est-ce que tu peux en faire autant?
N 46°19.101′ W 074°40.267′
La cache « GC4H6A0 – Le papa Gorille » est dans un essaim de mouches noires. Allez Mahingan! Vite! Prends la photo!
N 46°18.937′ W 074°40.387′
La vue au sommet du Mont-Gorille.
N 46°18.491′ W 074°40.719′
Maudits moustiques! Je ris, mais je ne trouve pas cela drôle.
N 46°18.491′ W 074°40.719′
Bof! Pijiw, tu n’as qu’à faire comme moi et fermer la bouche.
N 46°18.354′ W 074°40.633′
La vue au sommet du Mont-Gorille. En bas, le lac de la montagne du Gorille, au loin, le lac Tremblant et, au centre, le mont Tremblant.
N 46°18.354′ W 074°40.633′
Le lac inconnu.
N 46°18.038′ W 074°40.791′
La première ascension avec l’aide d’un cordage.
N 46°18.003′ W 074°40.816′
Pijiw en pleine ascension.
N 46°18.003′ W 074°40.816′
Youpi! J’ai réussi à gravir l’escarpement.
N 46°18.003′ W 074°40.816′
Une petite pause afin de se sustenter un peu.
N 46°18.055′ W 074°40.863′
Ce sourire me fait craquer.
N 46°18.055′ W 074°40.863′
La deuxième ascension avec l’aide d’un cordage.
N 46°18.352′ W 074°41.520′
Pijiw qui souffre durant la montée.
N 46°18.352′ W 074°41.520′

 

Sentier
Toit-des-Laurentides

Sentier
Toit-des-Laurentides

Résumé de la randonnée

Tout comme le Centenaire, le Toit-des-Laurentides est un autre sentier que nous parcourons fréquemment. Ce sentier nous permet d’atteindre le pic Johannsen. Avec une altitude de 935 mètres, il est le plus haut sommet des Laurentides.

Cette randonnée nous donne accès à seulement deux points de vue. Le premier est le meilleur des deux points de vue. Il est bien dégagé mais, malheureusement, nous ne sommes pas au sommet de la montagne. Le deuxième point de vue est presque complètement bouché par les arbres et, au sommet du pic Johannsen, il n’y a pas de point de vue, ce qui est un peu décevant.

Par contre, au sommet du pic Johannsen se trouve un attrait hors du commun. En effet, il y a un bloc en béton surmonté d’une plaque commémorative avec les inscriptions suivantes :

“La Terre n’appartient à personne : Elle se donne à tous ceux qui sont assez grand pour l’étreindre. Réjean Ducharme

Plaque dévoilée par le ministère de l’Environnement et de la Faune, monsieur Jacques Brassard, le 12 janvier 1995.”

Cette plaque fut installée pour souligner le centième anniversaire de la création du parc national du Mont-Tremblant. À l’intérieur du bloc de béton se trouve un enregistrement de Gilles Vigneault qui sera dévoilé en 2095. Eh oui! 2095!

J’en profite ici pour faire une requête à mon fils Dominik. J’aimerais que mon site Web soit entretenu et maintenu après mon dernier voyage pour que, dans deux générations, nos descendants visitent le pic Johannsen afin d’être présents lors du dévoilement du message de Gilles Vigneault. Ils pourront alors en témoigner sur le site Web à côté de leurs arrière-grands-parents. C’est un beau défi que je lance à ma descendance.

Nous laissons notre voiture au même endroit que lorsque nous avons parcouru le sentier du Centenaire. Un petit rappel : le stationnement est situé sur le bord de la rivière du Diable tout près du camping de la Sablonnière. Pour y accéder, vous devez passer par l’accueil de la Diable et poursuivre sur la route 1.

Pour gagner le début du sentier le Toit-des-Laurentide, il faut traverser la rivière du Diable en empruntant le pont pour atteindre la route 1. À cette heure matinale de la journée, le soleil miroite à la surface de la rivière. C’est de toute beauté! Le début du sentier se situe juste l’autre côté de la route 1. Faites attention aux voitures avant de traverser la route.

Après avoir marché environ un kilomètre, à notre gauche, les cascades du ruisseau des Pruches nous accompagnent sur les deux  kilomètres suivants. Le débit d’eau est faible à cette période de l’année. Cependant, si vous faites cette randonnée au printemps et au début de l’été, le débit d’eau est spectaculaire et il y a plusieurs belles cascades.

Lorsque nous atteignons le premier point d’observation, nous faisons une rencontre inusitée. Pendant que mon épouse, Josée, discute avec une randonneuse, moi je fais la rencontre d’un couple qui, tout comme nous, visite régulièrement ce sentier. Nous échangeons sur différents sujets et j’apprends qu’il travaille en informatique tout comme moi et qu’elle est enseignante de musique dans une école à Montréal. Tout en discutant, je découvre aussi que leur fille étudie à l’Université de Montréal en informatique, tout comme mon garçon Dominik. C’est alors que nous nous regardons avec étonnement. Ce sont les parents de la petite amie de mon fils. Le monde est petit dira-t-on! C’est ainsi qu’ensemble nous poursuivons l’ascension du pic Johannsen. Nous prenons notre repas avec nos nouveaux amis au sommet, tout près de la plaque commémorative. Comme pour les randonnées antérieures, plusieurs Mésangeais du Canada (Perisoreus canadensis) essaient de nous voler notre goûter. Il faut être vigilant devant ces petites créatures ailées.

Au retour, nous visitons le deuxième point d’observation. Pour continuer la descente, il faut utiliser une corde sur plusieurs mètres, car la pente est trop abrupte. Le retour vers la voiture se fait sans problème et, comme toujours, nous avons passé une belle journée au coeur de la forêt Laurentienne. Juste avant de retourner à la voiture, Pijiw ne peut pas s’empêcher de retirer ses bottes de marche afin de tremper ses pieds dans l’eau froide de la rivière du Diable, mais pas trop longtemps.

Informations sur la randonnée

Date: 15 octobre 2016

Météo: Dégagement le matin, ensoleillé par la suite, 15°C.

Nombre de caches cherchées: 0

Nombre de caches trouvées: 0

Distance: 17.0 Kilomètres

Stationnement: De la Sablonnière dans le parc du Mont-Tremblant secteur de la Diable.

Coordonnée GPS du stationnement: N 46°16.912′ W 074°31.970′

Lien vers la carte du sentier: Sentier Toit-des-Laurentides

Lien vers le profil du sentier: Profil du sentier Toit des Laurentides

Fichier gpx pour le GPS: Track_Sentier_Toit_Des_Laurentides.gpx

Parcours: Linéaire

Temps total pour la randonnée: 7 heures 17 minutes

Temps de déplacement: 4 heures 51 minutes

Temps d’arrêt: 2 heures 26 minutes

Liste des caches trouvées: 0

La cache absente: 0

20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
Tracé GPS de la randonnée sur le sentier Toit-des-Laurentides.

Photos de la randonnée

20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
Le soleil miroite à la surface de la rivière du Diable (sud).
N 46°16.894′ W 074°32.066′
20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
La rivière du Diable (nord).
N 46°16.894′ W 074°32.066′
20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
L’entrée du sentier du Toit-des-Laurentides.
N 46°16.875′ W 074°32.103′
20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
Le début du sentier du Toit-des-Laurentides.
N 46°16.875′ W 074°32.103′
20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
Pijiw près des cascades du ruisseau des Pruches.
N 46°16.449′ W 074°32.063′
20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
Mahingan posant à côté du ruisseau des Pruches.
N 46°16.449′ W 074°32.063′
20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
Le ruisseau des Pruches en automne.
N 46°16.449′ W 074°32.063′
20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
Le sentier qui passe tout près des cascades du ruisseau des Pruches.
N 46°16.425′ W 074°32.163′
20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
Le point de vue sur la vallée de la Diable, juste avant le sommet du pic Johannsen (est).
N 46°15.352′ W 074°33.770′
20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
Plaque commémorative du centenaire du parc national du Mont-Tremblant au sommet du pic Johannsen.
N 46°14.925′ W 074°33.564′
20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
Plaque commémorative du centenaire du parc national du Mont-Tremblant au sommet du pic Johannsen.
N 46°14.925′ W 074°33.564′
20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
Un peu de repos au sommet du pic Johannsen avant le retour.
N 46°14.925′ W 074°33.564′
20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
Aller Pijiw, tu es capable!
N 46°15.285′ W 074°33.712′
20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
Pijiw la fière!
N 46°15.285′ W 074°33.712′
20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
À mon tour maintenant, et avec le sourire en plus!
N 46°15.285′ W 074°33.712′
20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
Sur le bord de la rivière du Diable après la randonnée, Pijiw refroidit ses pieds.
N 46°16.891′ W 074°32.031′
20161015 - Sentier Toit-des-Laurentides
Ouf! c’est assez! J’ai les pieds bien engourdis par le froid.
N 46°16.891′ W 074°32.031′
Sentier du Centenaire

Sentier du Centenaire

Résumé de la randonnée

Le merveilleux sentier le Centenaire, nous l’avons parcouru plusieurs fois dans les deux directions par le passé. Nous apprécions ce sentier par son niveau de difficulté, ses points de vue ainsi que sa distance non négligeable. De plus, il est idéal pour observer les couleurs que nous offre la nature à l’automne. Lors de nos multiples randonnées sur ce sentier, nous avons plusieurs fois rencontré des cerfs de Virginie.

À l’automne 2016, ayant reçu l’autorisation de la direction du parc du Mont-Tremblant, nous avons débuté la pose de plusieurs caches (géocaching) sur ce sentier. Nous n’avons cependant pas eu le temps de compléter la série avant le début de l’hiver. Nous allons terminer la pose des caches au printemps 2017 afin de compléter la série. Ce sera notre deuxième série de caches dans le parc du Mont-Tremblant, la première étant située sur le sentier du Lac des Femmes.

Pour parcourir cette randonnée, il y a deux stationnements possibles. Le premier stationnement, la Vache Noire, se situe à l’entrée du parc du Mont-Tremblant tout près de l’accueil de la Diable. Pour atteindre le second stationnement, vous devez passer l’accueil de la Diable et poursuivre sur la route 1 jusqu’au stationnement de la Sablonnière. C’est à cet endroit que nous avons laissé notre véhicule pour débuter cette randonnée.

Les premiers pas sur le sentier du Centenaire débutent au camping “La Sablonnière”. Après le premier kilomètre, nous passons tout près de la rivière du Diable. Un endroit idéal pour une pause et où nous avons déjà vu, lors d’une précédente randonnée, un Grand Héron survoler la rivière. À peine passés le kilomètre 4.5, une belle découverte nous surprend. Le sentier du Centenaire nous offre une crevasse longue de plusieurs dizaines de mètres dans la roche. C’est un de mes endroits favoris. Nous poursuivons sur le sentier pour atteindre le kilomètre 5.5 et décidons d’arrêter quelques minutes afin de nous sustenter. Puis, nous reprenons le sentier et, après une vingtaine de minutes de marche, quelle ne fut pas notre surprise de revoir la balise du kilomètre 5! Eh oui! Après notre pause collation, nous avons repris le sentier dans la mauvaise direction. Ne jamais oublier qu’en forêt, il faut toujours porter une attention particulière à l’environnement qui nous entoure. Cette erreur aurait pu avoir des conséquences fâcheuses si la piste n’était pas régulièrement balisée avec les indications du kilométrage. Tout au long de la randonnée, nous arrêtons à chaque point de vue pour admirer ce que la nature a de plus beau à nous montrer en cette saison : l’automne. La surprise de la journée nous attend au sommet du mont de la Vache Noire (kilomètre 6.5). La nuit précédente ayant été froide, un léger tapis de neige s’est formé au sommet de la montagne. À cet endroit, il y a un cordage installé pour nous permettre de descendre de la montagne. Un peu avant le septième kilomètre, une autre fissure dans la pierre attend le randonneur. Celle-ci est beaucoup plus petite que la précédente, mais non moins intéressante pour autant. En effet, il est possible d’y entrer pour en ressortir quelques mètres plus loin.

Au retour, nous empruntons la route 1 sur environ 4 km jusqu’au stationnement de la Sablonnière. C’est la partie du parcours qui est la plus ennuyeuse. Nous profitons de cette période pour visualiser les paysages d’automnes qui sont dorénavant gravés dans nos mémoires.

Informations sur la randonnée

Date: 10 octobre 2016

Météo: Ensoleillé, 9°C.

Nombre de caches cherchées: 0

Nombre de caches trouvées: 0

Distance: 16.9 Kilomètres

Stationnement: De la Sablonnière dans le Parc du Mont-Tremblant secteur de la Diable.

Coordonnée GPS du stationnement: N 46°16.851′ W 074°31.888′

Lien vers la carte du sentier: Sentier Du Centenaire

Lien vers le profil du sentier: Profil du sentier du Centenaire

Fichier gpx pour le GPS: Track_Sentier_Du_Centenaire.gpx

Parcours: Boucle

Temps total pour la randonnée: 7 heures 33 minutes

Temps de déplacement: 4 heures 54 minutes

Temps d’arrêt: 3 heures 39 minutes

Tracé GPS de la randonnée sur le sentier du Centenaire.

Photos de la randonnée

Le début du sentier du Centenaire.
N 46°16.880′ W 074°31.905′
Pijiw rayonnante au bas de la montagne de la Vache Noire.
N 46°17.037′ W 074°30.533′
Pijiw fait la coquine cachée derrière un arbre.
N 46°17.037′ W 074°30.533′
Pijiw et son sourire séducteur!
N 46°16.896′ W 074°30.320′
Pijiw et son sourire charmeur!
N 46°16.750′ W 074°30.080′
À cet endroit, il ne faut pas trop reculer.
N 46°16.762′ W 074°30.173′
L’endroit idéal pour se sustenter.
N 46°16.569′ W 074°30.203′
Allez Mahingan! Prends la ta photo que je puisse manger mon lunch. Ah! Pijiw, n’est-elle pas adorable?
N 46°16.569′ W 074°30.203′
Le sentier passe par la fissure.
N 46°16.450′ W 074°30.334′
Au début…
N 46°16.450′ W 074°30.334′
Au milieu…
N 46°16.450′ W 074°30.334′
Et à la sortie de la fissure.
N 46°16.450′ W 074°30.334′
La corde est nécessaire pour descendre cette pente abrupte.
N 46°15.994′ W 074°29.688′
Une pause s’impose juste après la pente abrupte.
Pijiw, toujours avec son sourire charmeur!
N 46°15.994′ W 074°29.688′
Voici la pente raide.
N 46°15.994′ W 074°29.688′
Pijiw contemple le paysage d’automne.
N 46°15.994′ W 074°29.688′
N’est-ce pas qu’elle est irrésistible! Je parle de son sourire bien sûr.
N 46°15.994′ W 074°29.688′
Plusieurs crevasses tout près du sentier.
N 46°15.859′ W 074°29.664′
Nous pouvons même jouer à cache-cache!
N 46°15.859′ W 074°29.664′
Le dernier point de vue de la randonnée.
N 46°15.768′ W 074°29.739′
Sentier l’Expédition, le Cap 360 et le Mont-Gorille
(Étape 1)

Sentier l’Expédition, le Cap 360 et le Mont-Gorille
(Étape 1)

Résumé de la randonnée

Pour entreprendre l’exploration de ce sentier, vous pouvez vous stationner à l’ancienne gare de la municipalité de la ville de Labelle située au 180 rue du Dépôt. Le début du sentier se situe tout près du stationnement. Ce tronçon du sentier national est composé de trois sentiers : le sentier l’Expédition (kilomètre 0 à 8), le sentier de la montagne du Caribou appelé communément le Cap 360 (kilomètre 8 à 14) et le sentier du Mont-Gorille (kilomètre 14 à 18).

Le sentier commence par l’ascension de la montagne des Vaches. Au sommet, nous avons une vue sur la municipalité de la ville Labelle. Par la suite, le sentier nous fait passer à l’est de la montagne du Dépôt. Un peu plus loin, entre le kilomètre 2 et le kilomètre 3, nous progressons sur une route de gravier : le chemin du Lac-Caché. C’est une expérience assez désagréable. Les automobilistes nous frôlent de près à des vitesses excessives et nous projettent même des cailloux. Malheureusement, nous ne sommes pas au bout de nos peines car, un peu plus loin, le sentier croise au kilomètre 3 et au kilomètre 4 les pylônes d’Hydro-Québec. Ce ne sont pas des endroits très agréables non plus. Les herbes sont hautes et le sentier n’est pas bien balisé à ces endroits. N’oubliez pas que, lorsqu’il y a des herbes hautes, il faut prendre certaines précautions afin d’éviter les morsures de tiques.

Au kilomètre 5 de la randonnée, le petit lac Caribou nous offre une belle plage de sable qui est cependant d’une grandeur modeste. À cet endroit, nous remarquons qu’il y a un stationnement pour les voitures. Pour ceux qui seraient intéressés à faire l’ascension de la montagne du Caribou (Cap 360) sans avoir à parcourir le sentier de l’ancienne gare de Labelle, ce stationnement est une bonne alternative pour laisser votre véhicule et débuter la randonnée. Pour se rendre à ce stationnement à partir du boulevard du Curé Labelle dans la municipalité de Labelle, empruntez la rue du Moulin, tournez sur le chemin du Lac Joly puis tournez sur le chemin du Petit Lac Caribou. Cela vous évitera la section la plus moche du sentier de l’Expédition.

Sur le sommet de la montagne du Caribou, un glacier, en se retirant, a déposé un énorme bloc erratique. Tout près de ce bloc erratique, nous pouvons observer des stries glaciaires dans la roche, signe du passage du glacier. Une vision de 360 degrés permet à nos regards d’embrasser toute la région environnante. À cette hauteur, nous distinguons sans difficulté le mont Tremblant et ses pentes de ski. Au sud-ouest, il est aussi possible d’observer le lac Joly et l’île Bouchard. Le sommet de la montagne du Caribou est assez caractéristique. Nous poursuivons sur un pic de roche sur environ 400 mètres. La descente en direction du lac Nantel est abrupte. Au retour, cela ne sera pas facile à remonter.

Lorsque nous arrivons au lac Nantel, nous prenons un repas bien mérité à l’ombre d’un pin blanc. La vue sur le lac est superbe. Cet endroit sera notre point de jonction, c’est-à-dire le point que nous devrons atteindre lorsque nous explorerons le mont Gorille, probablement l’été prochain (2017).

Au retour, Pijiw est inquiète. Elle a peur de ne pas pouvoir faire l’ascension de la montagne du Caribou. Elle doit m’utiliser comme point d’appui pour escalader et atteindre le haut de la montagne. Ce qu’elle est courte de jambe la Pijiw! Après avoir dépassé le sommet de la montagne du Caribou, le retour se fait sans problème.

Suite à cette randonnée, nous pouvons affirmer avec certitude que la saison des moustiques est terminée dans la région. Nous n’avons rencontré aucun représentant de ces espèces désagréables d’êtres vivants. Ce n’est pas trop tôt. Après tout, nous sommes le 27 août. Ah oui, un dernier détail. Pijiw, fidèle à elle-même, a encore développé une gigantesque ampoule sur son gros orteil…

Informations sur la randonnée

Date: 27 août 2016

Météo: Ensoleillé avec quelques passages nuageux en après-midi, 25°C. Facteur humidex, 27°C.

Nombre de caches cherchées: 11

Nombre de caches trouvées: 11

Distance: 22.5 Kilomètres

Stationnement:  À l’ancienne gare de Labelle, rue du Dépôt.

Coordonnée GPS du stationnement: N 46°16.996′ W 074°44.117′

Lien vers la carte du sentier: Sentier l’Expédition, Cap 360 et le Mont-Gorille

Lien vers le profil du sentier: Profil du sentier l’Expédition, le Cap 360 et le Mont-Gorille (Étape 1)

Fichier gpx pour le GPS: Track_Sentier_Expedition_Cap_360_Mont_Gorille_Etape1.gpx

Parcours: Linéaire

Temps total pour la randonnée: 10 heures 7 minutes

Temps de déplacement: 7 heures 10 minutes

Temps d’arrêt: 2 heures 57 minutes

Liste des caches trouvées: GC18Z30, GCQY6D, GC18Z2M, GC18Z2F, GC18Z2Y, GC18Z2B, GC18Z26, GC18Z1Z, GC18Z1Z, GC18Z1M,  GC3P0ZV

Tracé GPS de la randonnée sur le sentier l’Expédition, le Cap 360 et le Mont-Gorille.
Étape 1

Photos de la randonnée

Pijiw fait sa comique ce matin. Reste à savoir si elle va conserver cette attitude tout le long de la randonnée.
Le début du sentier l’Expédition.
N 46°17.080′ W 074°44.156′
Bon! Là ça fait plus sérieux pour débuter la randonnée.
Le début du sentier l’Expédition.
N 46°17.080′ W 074°44.156′
La vue sur la municipalité de Labelle de la montagne des Vaches.
N 46°17.092′ W 074°44.244′
Le petit lac Caribou.
N 46°17.864′ W 074°43.049′
Le sommet de la montagne du Caribou (Cap 360).
N 46°17.904′ W 074°42.226′
Mais où est cette satanée cache (GC18Z30)?
N 46°17.904′ W 074°42.226′
Le bloc erratique au sommet de la montagne du Caribou (Cap 360).
N 46°17.904′ W 074°42.226′
Le bloc erratique au sommet de la montagne du Caribou (Cap 360).
N 46°17.904′ W 074°42.226′
Pijiw au sommet de la montagne du Caribou.
N 46°17.904′ W 074°42.226′
Une autre vue du lac Nantel.
N 46°18.427′ W 074°42.260′
La vue sur le lac Nantel de l’endroit où nous dégustons notre lunch.
N 46°18.427′ W 074°42.260′
Pijiw marche sur le dos de la montagne du Caribou.
N 46°17.783′ W 074°42.182′
Pijiw sur le dos de la montagne du Caribou. Attention de ne pas glisser.
N 46°17.783′ W 074°42.182′
À mon tour maintenant de marcher sur le dos de la montagne du Caribou.
N 46°17.783′ W 074°42.182′
La fin du dos (les fesses) de la montagne du Caribou. Le sentier est juste à droite.
N 46°17.783′ W 074°42.182′
Pijiw en équilibre sur le sommet de la montagne du Caribou.
N 46°17.783′ W 074°42.182′
Sentier de la falaise au lac Saint-Bernard

Sentier de la falaise au lac Saint-Bernard

Notre séjour en Mauricie fut très agréable. Nos trois semaines de camping dans cette région nous ont permis d’explorer plusieurs secteurs du SNQ (Sentier National au Québec). Notre coup de coeur est sans équivoque la réserve faunique de la Mastigouche. Pour notre dernière journée de camping au lac Saint-Bernard et pour conclure nos vacances de l’été 2016 en Mauricie, nous décidons de parcourir le sentier de la Falaise. Cette randonnée ne fait pas partie du SNQ. C’est pourquoi, dans cet article, vous trouverez un lien vers la page de cette randonnée sous l’onglet “AUTRES SENTIERS”.

Sentier de la falaise au lac Saint-Bernard

Sentier du Tonnerre
(Étape 1)

Sentier du Tonnerre
(Étape 1)

Résumé de la randonnée

Avertissement

Avant d’entreprendre cette randonnée, veuillez vérifier les conditions météorologiques. La pluie, la neige, le verglas et des vents forts rendront la falaise extrêmement glissante. Dans ces conditions, nous vous déconseillons fortement de vous y aventurer. Les bâtons de marche sont indispensables pour parcourir ce sentier. N’oubliez jamais que vous êtes en forêt. La prudence est de rigueur et vous êtes responsables de votre propre sécurité. Un dernier conseil : selon nous, cette randonnée n’est pas souhaitable avec des enfants.


Afin d’explorer le sentier du Tonnerre, nous avions repéré un éventuel stationnement pour notre véhicule en parcourant le sentier qui fait le tour du lac Saint-Bernard. Nous demandons une autorisation au gestionnaire de la réserve faunique afin de pouvoir laisser notre véhicule au refuge du lac Saint-Bernard. Une bonne distance nous sépare du terrain de camping à notre point de stationnement pour cette randonnée, car nous devons contourner le lac Saint-Bernard ainsi que plusieurs autres lacs. Comme toutes les routes qui parcourent la réserve faunique, elles sont étroites et en terre battue, faisant en sorte que nous devons adapter notre conduite automobile à ces conditions. Du terrain de camping, empruntez la route 10 (chemin de Carufel), bifurquez sur la route 2 et poursuivez sur la route 25. Continuez jusqu’à l’indication pour le refuge Saint-Bernard. Hé oui, vous devrez emprunter l’étroit chemin sur votre gauche. Heureusement que nous avons un VUS (Véhicule Utilitaire Sport)! Le sentier du Tonnerre (kilomètre 18) est situé juste en face de ce chemin.

Le début du sentier n’est pas très difficile. L’ascension jusqu’à la falaise est légèrement abrupte  et constante. Le sentier est un peu boueux à cause de la pluie des derniers jours. Sur notre gauche, il y a un ruisseau avec de belles cascades. Au kilomètre 16, nous découvrons un “lean-to” (appentis). Jusque là, tout allait bien. Cependant, je ne savais pas ce qui m’attendait un kilomètre plus loin. Surprise! Le sentier se rapproche dangereusement de la falaise. Et quand je dis dangereusement, je veux dire à quelques pieds du précipice. C’est une rencontre brutale avec la falaise Vianney-Guillemette. Une falaise de 6 kilomètres linéaires. Cela signifie 12 kilomètres de marche sur cette falaise! Je dois vous avouer que j’ai une faiblesse : le vertige. Je dois continuellement combattre cet ennemi. Mais comment faire sur une aussi longue distance? Eurêka! Je vais combattre mon ennemi par le chant. Je me mets à chanter et cela m’aide à contrôler mon vertige. Heureusement pour moi, le sentier s’éloigne du bord de la falaise à quelques endroits pour pénétrer légèrement dans la montagne et cela permet de diminuer mon stress causé par le vertige.

Du bord de la falaise, les points de vue sont magnifiques sur le lac au Tonnerre ainsi que sur la région environnante. Nous faisons une rencontre inusitée juste après un tournant sur le bord de la falaise. Un serpent (couleuvre rayée) se fait dorer au soleil sur un cap rocheux au beau milieu du sentier. Il ne semble pas effrayé par notre présence. Il nous observe et analyse la situation tout comme nous d’ailleurs. Nous le contournons sans mouvement brusque et tranquillement poursuivons notre route.

Cela fait environ une heure que je chante et fredonne. J’ai de plus en plus de difficultés à contrôler mon vertige. L’ennemi gagne du terrain. Inconsciemment, j’augmente ma vitesse de marche, car je veux quitter le bord de cette falaise. Le sentier passe trop près du précipice et j’augmente encore ma vitesse : une erreur qui aurait pu avoir des conséquences désastreuses pour notre expédition de la journée. Bien que Pijiw augmente aussi sa cadence, sans m’en rendre compte, je finis par la distancer et elle se retrouve loin derrière. Sur le bord de la falaise, elle glisse et tombe sur un rocher tout près du précipice. La douleur est fulgurante et se propage tout le long de sa colonne vertébrale pour atteindre son paroxysme à la base de son crâne. Elle ne bouge plus pendant plusieurs minutes. Les influx nerveux de douleur se propagent et finissent par s’apaiser, mais ils ne disparaissent pas complètement. Elle se relève péniblement, reprend ses bâtons de marche qu’elle avait perdus lors de sa chute et recommence à marcher péniblement.

Pendant ce temps, je réalise mon erreur et me retourne pour constater que Pijiw n’est plus derrière moi. J’arrête ma progression et j’écoute : juste les sons de la nature, aucun bruit de pas ni de bâtons de marche frappant les rochers de la falaise. C’est alors que je réalise l’ampleur de ma bêtise. J’ai enfreint le premier principe de base. En forêt, il ne faut jamais se déplacer trop rapidement. Après plusieurs minutes d’attente, je décide de rebrousser le chemin. Lorsque j’aperçois ma tendre moitié, mon coeur est soulagé d’un horrible poids. Elle se déplace avec difficulté. Nous décidons de nous reposer afin de nous remettre de nos émotions. Quoi de mieux qu’un bon lunch sur le bord de la falaise! Pijiw a le coccyx très douloureux mais, malgré tout, elle est d’accord pour continuer un peu plus loin sur le sentier. Elle est très courageuse. Au kilomètre 10, la limite est atteinte et nous rebroussons chemin.

Au retour, le vent se lève et, la fatigue faisant son oeuvre, j’ai de plus en plus de difficultés à contrôler mon vertige. Par contre, il n’est pas question que je laisse l’ennemi gagner du terrain. Je suis soulagé lorsque nous quittons le bord de la falaise et entrons dans la forêt. Avant, de continuer jusqu’à la voiture, nous faisons une petite pause à cet endroit, d’où nous contemplons pour la dernière fois le lac au Tonnerre de la majestueuse falaise Vianney-Guillemette en dégustant une collation bien méritée.

Informations sur la randonnée

Date: 18 août 2016

Météo: Nuageux le matin, ensoleillé par la suite, 27°C. Facteur humidex, 31°C.

Nombre de caches cherchées: 0

Nombre de caches trouvées: 0

Distance: 17.9 Kilomètres

Stationnement: Lac Saint-Bernard (par la Route 25), Réserve faunique Mastigouche, Saint-Alexis-des-Monts.

Coordonnée GPS du stationnement: N 46°33.773′ W 073°18.436′

Lien vers la carte du sentier: Sentier du Tonnerre

Lien vers le profil du sentier: Profil du sentier du Tonnerre (Étape 1)

Fichier gpx pour le GPS: Track_Sentier_Du_Tonnerre_Etape1.gpx

Parcours: Linéaire

Temps total pour la randonnée: 7 heures 58 minutes

Temps de déplacement: 5 heures 15 minutes

Temps d’arrêt: 2 heures 43 minutes

Liste des caches trouvées: Il n’y avait aucune cache sur ce sentier.

Tracé GPS de la randonnée sur le sentier du Tonnerre.
Étape 1

Photos de la randonnée

Le début de la randonnée (kilomètre 18).
N 46°33.568′ W 073°18.599′
Le « lean-to » T16.
N 46°32.604′ W 073°18.860′
Le début de la falaise Viannney-Guillemette et le lac au Tonnerre.
N 46°32.807′ W 073°19.286′
Le lac au Tonnerre.
N 46°32.372′ W 073°19.546′
Attention Pijiw! Pas trop près de la falaise.
N 46°31.513′ W 073°19.434′
Oui, OUI PIJIW! Nous avons compris que tu es très très près de la falaise!
N 46°31.513′ W 073°19.434′
Mais comment elle fait pour être si relaxe sur le bord du précipice!
N 46°31.513′ W 073°19.434′
Une autre vue du lac au Tonnerre.
N 46°31.513′ W 073°19.434′
Toute une surprise! Une couleuvre rayée d’environ 1 mètre qui se réchauffe au soleil sur le bord de la falaise.
Point de vue du cap de roche d’où nous avons pris notre lunch.
N 46°31.511′ W 073°19.432′
Pijiw, heureuse de prendre un repas bien mérité.
N 46°31.511′ W 073°19.432′
Pijiw qui admire le paysage du haut de la falaise.
N 46°31.488′ W 073°19.405′
Pijiw qui admire le photographe, c’est à dire moi!
N 46°31.488′ W 073°19.405′
Pijiw faisant la reine de la montagne.
N 46°31.488′ W 073°19.405′
Le point de jonction est atteint (kilomètre 10).
N 46°30.680′ W 073°18.889′

 

Sentier Saint-Bernard
(Étape 2)

Sentier Saint-Bernard
(Étape 2)

Résumé de la randonnée

Ce matin, la température est encore incertaine. Des averses sont prévues pour la fin de l’après-midi. Malgré tout, nous décidons d’explorer le sentier qui fait le tour du lac Saint-Bernard. Si nous avons le temps avant les averses, nous terminerons par un petit crochet sur le sentier “La Falaise”. Le point culminant de ce sentier est un belvédère qui nous donnera une belle vision sur le lac Saint-Bernard et la région des alentours.

Après le lunch, nous quittons le campement afin de débuter notre randonnée. Nous n’avons pas besoin d’utiliser notre véhicule, car le sentier pour faire le tour du lac Saint-Bernard est situé tout près de notre terrain de camping. Après quelques kilomètres, Pijiw commence encore à avoir des ampoules aux pieds. Nous devons nous arrêter pour qu’elle soigne ses pauvres petits pieds. À l’expression de son visage, cela ne doit pas être très agréable. Je profite de cette petite pause pour prendre plusieurs photos des environs.

La randonnée est facile et les points de vues sur le lac Saint-Bernard sont magnifiques. Nous avons parcouru la moitié du trajet quand nous remarquons que le ciel se couvre de plus en plus. Tout près du sentier, nous apercevons plusieurs habitations abandonnées. Nous sommes surpris et intrigués. Après un peu de recherche sur l’internet, nous découvrons que ce petit village fut abandonné il y a de cela plus de 40 ans. Au début du siècle dernier, il appartenait à un club de chasse et pêche qui était fréquenté par des hommes d’affaires américains. C’est vraiment impressionnant de voir à quel point la nature reprend rapidement ses droits. Les photos le démontrent bien. Après avoir passé les vestiges des premières habitations, le refuge Saint-Bernard nous apparaît. Ce refuge est probablement une des anciennes habitations qui a été rénovée pour accueillir les randonneurs, les pêcheurs et les chasseurs. Il est bien équipé et vaste. Le dortoir à l’étage peut accueillir au moins 8 personnes.

La pluie débute juste un peu avant la jonction du sentier “La Falaise”. Elle s’intensifie et nous devons endosser nos imperméables. Lorsque nous arrivons à la jonction des deux sentiers, “Le Saint-Bernard” et “La Falaise”, il pleut trop pour effectuer les quatre kilomètres (aller-retour) pour se rendre au belvédère et admirer le lac. Nous décidons de continuer sur le sentier “Saint-Bernard” et de revenir lorsque la température sera plus clémente. La pluie, cette fidèle compagne des derniers jours, nous accompagne jusqu’à notre campement. Notre journée se termine donc sous la pluie, mais nous garderons de belles images d’une autre époque.

Informations sur la randonnée

Date: 16 août 2016

Météo: nuageux, risque d’averses en après-midi, 25°C. Facteur humidex, 31°C.

Nombre de caches cherchées: 26

Nombre de caches trouvées: 26

Distance: 12.5 Kilomètres

Stationnement: Camping du lac Saint-Bernard, réserve faunique Mastigouche.

Coordonnée GPS du stationnement: N 46°34.554′ W 073°16.731′

Lien vers la carte du sentier: Sentier Saint-Bernard

Lien vers le profil du sentier: Profil du sentier Saint-Bernard (Étape 2)

Fichier gpx pour le GPS: Track_Sentier_Saint_Bernard_Etape2.gpx

Parcours: Boucle

Temps total pour la randonnée: 4 heures 57 minutes

Temps de déplacement: 3 heures 15 minutes

Temps d’arrêt: 1 heures 42 minutes

Liste des caches trouvées: GC5FXW9, GC5FXWJ, GC5FXWQ, GC5FXWW, GC5FXX0, GC5FXX0, GC5FXX3, GC5FXX8, GC5FXXF, GC5FXXH, GC5FXXM, GC5FXXV, GC5FXY1, GC5FXY5, GC5FXY8, GC5FY01, GC5FZMC, GC5FZMG, GC5FZMR, GC5FZMV, GC5FZMW, GC5FZN0, GC5G2FA, GC5G2FF, GC5G2FJ, GC5G2FQ

Tracé GPS de la randonnée sur le sentier Saint-Bernard.
Étape 2

Photos de la randonnée

L'entrée du sentier Saint-Bernard qui est située sur le site de camping.N 46°34.608' W 073°16.844'
L’entrée du sentier Saint-Bernard qui est située sur le site de camping.
N 46°34.608′ W 073°16.844′
Ouch! encore des ampoules aux pieds.N 46°34.536' W 073°17.508'
Ouch! encore des ampoules aux pieds.
N 46°34.536′ W 073°17.508′
Une rivière tout près du village fantôme.N 46°33.839' W 073°18.476'
Une rivière tout près du village fantôme.
N 46°33.839′ W 073°18.476′
Et moi qui pensait que ma maison avait besoin de rénovations.
N 46°33.803′ W 073°18.464′
Une chance que je suis là pour retenir le porche.N 46°33.803' W 073°18.464'
Une chance que je suis là pour retenir le porche.
N 46°33.803′ W 073°18.464′
Aller, Pijiw! as-tu peur d’entrer dans la maison?
N 46°33.803′ W 073°18.464′
Confortable, le banc. Un peu de repos ne fait pas de tort.
N 46°33.773′ W 073°18.436′
Sentier Saint-Bernard
(Étape 1)

Sentier Saint-Bernard
(Étape 1)

Résumé de la randonnée

Nous décidons de déplacer notre campement dans la réserve faunique de la Mastigouche afin d’explorer les sentiers qui se trouvent près du lac Saint-Bernard. Pour atteindre le camping, entrez d’abord dans la réserve faunique par l’accueil Pins Rouges. Suivez ensuite le rang des Pins-Rouges et prenez le chemin de Carufel (route 10) jusqu’au camping du Lac Saint-Bernard. Soyez prudent sur les routes de terre pour vous rendre au camping. Prenez note que tous les chemins de la réserve faunique doivent être empruntés avec prudence.

Nous installons notre petite roulotte au terrain #54 de la section 2. Pour les amoureux de la nature, je vous conseille fortement ce camping. Les sites sur le camping sont merveilleux, bien aménagés et offrent une belle intimité grâce à une végétation luxuriante. L’eau est potable et elle est à proximité des sites. Pour les amateurs de plages, le lac Saint-Bernard en offre une belle petite d’où il est possible d’observer le coucher du soleil.

Cela fait cinq jours que nous n’avons pas fait de randonnée. Mère nature est contre nous : soit elle nous chauffe les fesses, soit elle nous arrose copieusement. Mais aujourd’hui, il y a un espoir. La pluie a cessé durant la nuit et, ce matin, le soleil, timidement nous montre le bout de son nez. Partout autour de nous, la végétation fume sous la caresse des rayons solaires. Il ne nous en faut pas plus pour entreprendre la conquête d’une partie du sentier Saint-Bernard.

Pour débuter la randonnée, nous n’avons pas besoin d’utiliser la voiture pour rejoindre le début du sentier, car ce dernier passe par le terrain de camping. C’est l’une des raisons pourquoi nous l’avons choisi comme base pour notre campement. Au début, nous marchons avec nos imperméables afin de protéger nos vêtements, car la végétation ruisselle d’eau. Rapidement, avec la chaleur, nos vêtements sous les imperméables se gorgent d’humidité et deviennent intolérables. Lorsque nous atteignons le lac du Polatouche, il faut les retirer. Mais non, pas nos vêtements! nos imperméables! C’est à ce moment que les moustiques nous attaquent de tous les côtés. Arrivés au lac du Vanneau, notre point de jonction, nous prenons notre repas tout en étant très incommodés par les satanés moustiques. Nous n’avons pas le choix : il faut manger debout et bouger continuellement afin d’éviter les piqûres d’insectes. Le chasse-moustique est inefficace aujourd’hui. Nous pensons que la pluie des derniers jours a permis une recrudescence de ces bestioles.

Le retour se fait presque en courant tellement les moustiques nous harcèlent. Je vous dis que nous n’avons jamais cherché les caches et signé les registres aussi rapidement!

Informations sur la randonnée

Date: 15 août 2016

Météo: Ensoleillé avec passages nuageux, 24°C. Facteur humidex, 31°C.

Nombre de caches cherchées: 24

Nombre de caches trouvées: 24

Distance: 19.9 Kilomètres

Stationnement: Camping du lac Saint-Bernard, réserve faunique Mastigouche.

Coordonnée GPS du stationnement: N 46°34.554′ W 073°16.731′

Lien vers la carte du sentier: Sentier Saint-Bernard

Lien vers le profil du sentier: Profil du sentier Saint-Bernard (Étape 1)

Fichier gpx pour le GPS: Track_Sentier_Saint_Bernard_Etape1.gpx

Parcours: Linéaire

Temps total pour la randonnée: 8 heures 15 minutes

Temps de déplacement: 5 heures 25 minutes

Temps d’arrêt: 2 heures 50 minutes

Liste des caches trouvées: GC5FRF9, GC5FRFA, GC5FRFB, GC5FRFC, GC5FRFD, GC5FRFG, GC5FRFK, GC5FRFP, GC5FRFR, GC5FRFW, GC5FRFZ, GC5FRG1, GC5FXRF, GC5FXRN, GC5FXRR, GC5FXRX, GC5FXT6, GC5FXTE, GC5FXTM, GC5FXTV, GC5FXV0, GC5FXV7, GC5FXVQ, GC5FXVX

Tracé GPS de la randonnée sur le sentier Saint-Bernard
Étape 1

Photos de la randonnée

Très tôt, le matin au terrain de camping #54 du Lac Saint-Bernard.N 46°34.554' W 073°16.731'
Très tôt, le matin au terrain de camping #54 du Lac Saint-Bernard.
N 46°34.554′ W 073°16.731′
PiJiw au début du sentier Saint-Bernard.N 46°34.602' W 073°16.549'
PiJiw au début du sentier Saint-Bernard.
N 46°34.602′ W 073°16.549′
Pijiw trouve la cache GC5FRFG - 25 Sentier Saint-Bernard.N 46°36.242' W 073°14.021'
Pijiw trouve la cache GC5FRFG – 25 Sentier Saint-Bernard.
N 46°36.242′ W 073°14.021′
Une autre petite rivière.N 46°36.376' W 073°14.565'
Une autre petite rivière.
N 46°36.376′ W 073°14.565′
Ouf, enfin le point de jonction.N 46°36.210' W 073°12.976'
Ouf, enfin le point de jonction.
N 46°36.210′ W 073°12.976′
Au secours! Je me fais manger par les moustiques.N 46°36.210' W 073°12.976'
Au secours! Je me fais manger par les moustiques.
N 46°36.210′ W 073°12.976′

 

Sentier Vianney-Guillemette
(Étape 2)

Sentier Vianney-Guillemette
(Étape 2)

Résumé de la randonnée

Afin d’atteindre le stationnement pour cette randonnée, il faut parcourir environ 45 km de routes de terre à partir de l’accueil Pins-Rouges de la réserve faunique Mastigouche. De l’accueil des Pins-Rouges, suivez la route 1, puis empruntez la route 11 jusqu’au bout. Le stationnement se situe tout près du lac Shawinigan. Les chemins sont étroits, rocailleux, tortueux et, en prime, il y a des nids-de-poules! Conducteurs, soyez prudents et vigilants. Votre attention sera sollicitée sur les chemins de la réserve Mastigouche. Prenez note qu’il faut ajouter une bonne heure à l’itinéraire de transport pour atteindre le stationnement à partir de l’accueil Pins-Rouges.

Cette randonnée n’est pas une des plus belles de la Mauricie que nous avons parcourues jusqu’à maintenant. Le sentier pédestre est partagé à plusieurs endroits avec les sentiers de quad (VTT). Par contre, tout au long de cette randonnée, nous croisons plusieurs lacs : le lac Shawinigan, le lac Petit Shawinigan, le lac Effilé, le lac Henry, le lac Huppé et, pour terminer, le lac Thibert. Une pénurie d’eau? Impossible pour cette randonnée! À chaque deux kilomètres de sentiers nous découvrons un nouveau lac. La pureté et la clarté des rivières et des lacs sont incroyables.

Sur le bord du lac Huppé, quelle ne fut pas notre déception lorsque nous atteignons le refuge “Le Huppé”. Il est barré. Impossible de le visiter. Lorsque je planifie une randonnée, je vérifie toujours s’il y a un refuge ou un abris sur notre parcours. Cela ajoute un niveau de sécurité car, si jamais un imprévu ou une situation d’urgence se présente, nous pouvons toujours compter sur le refuge et ses ressources pour nous abriter.

Nous mangeons au point d’observation du lac Thibert. Le retour à la voiture se fait sans problème et nous avons la satisfaction d’avoir encore une fois atteint notre objectif.

Informations sur la randonnée

Date: 9 août 2016

Météo: Ensoleillé avec passages nuageux, 25°C. Facteur humidex, 27°C.

Nombre de caches cherchées: 19

Nombre de caches trouvées: 19

Distance: 17.8 Kilomètres

Stationnement: Lac Shawinigan dans la réserve faunique Mastigouche.

Coordonnée GPS du stationnement: N 46°40.327′ W 073°07.176′

Lien vers la carte du sentier: Sentier Vianney Guillemette

Lien vers le profil du sentier: Profil du sentier Vianney Guillemette (Étape 2)

Fichier gpx pour le GPS: Track_Sentier_Vianney_Guillemette_Etape2.gpx

Parcours: Linéaire

Temps total pour la randonnée: 7 heures 8 minutes

Temps de déplacement: 4 heures 37 minutes

Temps d’arrêt: 2 heures 31 minutes

Liste des caches trouvées: GC5A8ZR, GC5A8ZG, GC5A8Z9, GC5A8YW, GC5A8YG, GC5A8Y5, GC5A8X5, GC5A8WT, GC5A8WG, GC5A8W7, GC59V0T, GC59V0B, GC59TAT, GC59TAJ, GC59TAB, GC59TA6, GC59TA1, GC59T9T, GC59T8Y

Tracé GPS de la randonnée sur le sentier Vianney GuillemetteÉtape 2
Tracé GPS de la randonnée sur le sentier Vianney Guillemette
Étape 2

Photos de la randonnée

Le début du sentier Vianney Guillemette.N 46°40.294' W 073°07.207'
Le début du sentier Vianney Guillemette.
N 46°40.294′ W 073°07.207′
Lac Petit Shawinigan.
N 46°40.323′ W 073°07.164′
Rivière qui alimente le lac Shawinigan.N 46°40.206' W 073°07.863'
Rivière qui alimente le lac Shawinigan.
N 46°40.206′ W 073°07.863′
Pijiw qui se repose tout près de la cache!N 46°40.206' W 073°07.863'
Pijiw qui se repose tout près de la cache!
N 46°40.206′ W 073°07.863′
Quoi? Une cache! Où ça?N 46°40.206' W 073°07.863'
Quoi? Une cache! Où ça?
N 46°40.206′ W 073°07.863′
Une petite pose sur le bord du lac Huppé.N 46°39.738' W 073°09.638'
Une petite pose sur le bord du lac Huppé.
N 46°39.738′ W 073°09.638′
Le point de jonction au lac Thibert.N 46°39.086' W 073°10.164'
Le point de jonction au lac Thibert.
N 46°39.086′ W 073°10.164′